Physique - université de Savoie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Theme Joomla Pro Extensions

Theme Joomla features a catalog of Pro Extension Releases (Templates, Components, Modules and Plugins) with also the latest Joomla News, Resources and Support.

Club des anciens étudiants

Dans ce "Club", vous pouvez retrouver d'anciens étudiants (et une liste résumée), leur parcours et leur situation actuelle. La plupart donnent un avis, qui vous donnera une idée de l'ambiance dans nos formations et de la diversité des débouchés. Vous pouvez également contacter ceux qui ont accepté de recevoir vos questions.

Pour éviter les robots et autres machines automatiques et monitorer le trafic, votre message sera également envoyé au webmestre... ne vous censurez pas pour autant !

Les anciens étudiants peuvent également se retrouver les uns les autres... mais ce n'est pas encore un réseau social. Nous espérons que cette section sera néanmoins utile.

ARBEY Alexandre

Imprimer

  • Licence en 1998
  • Maîtrise en 1999 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (1999-2000) DEA Physique Théorique à l'ENS Lyon (aujourd'hui Master 2 Champs, Particules et Matière Condensée), (2000-2003) Doctorat Université de Savoie / LAPTH, (2003-2004) Post-doctorat à l'Institut Max Planck de Garching (Munich, Allemagne).
  • Situation actuelle (2011): Maître de Conférences à l'Université Lyon 1/Centre de Recherche Astrophysique de Lyon.
    Recherches (théoriques) en Cosmologie (champs scalaires cosmologiques) et Astroparticules (calculs de densité reliques)


« Très bons cours adaptés à la poursuite de mes études dans la physique théorique. »

AUBLIN Julien

Imprimer

Aublin_J.jpg

  • Licence en 2001
  • Maîtrise en 2002 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2003) DEA Champs, Particules, Matière à l'Institut de Physique Nucléaire d'Orsay, Universités Paris VI,VII,XI, aujourd'hui appelé Master 2 NPAC (Noyaux, Particules, Astroparticules, Cosmologie), (2003-2006) thèse de doctorat à l'Institut de Physique Nucléaire d'Orsay (Université Paris XI): étude des rayons cosmiques avec l'Observatoire Pierre Auger, (2006-2007) Contrat post-doctoral CNRS au Laboratoire Astroparticules et Cosmologie: neutrinos de haute énergies avec l'expérience ANTARES et le projet KM3Net..
  • Situation actuelle (2011): Maitre de conférences à l'université Pierre et Marie Curie, étude des rayons cosmiques avec l'Observatoire Pierre Auger au laboratoire LPNHE


« L'enseignement de la physique en L3-M1 à l'Université de Savoie me semble être d'un très bon niveau. Nous étions 4 dans notre promo de L3/M1, ce qui fait que les enseignements étaient pratiquement des cours particuliers, et cela motivait à travailler (pas le choix, en TD à 4 ça se voit vite si on n'a pas préparé ses exercices...). Comme les matières enseignées étaient assez diversifiées, je pense qu'on acquiert une base solide pour continuer en recherche dans différents domaines. »

BAILLARD Clément

Imprimer

Baillard_C.jpg

  • Licence en 2007
  • Master 1ère année en 2008
  • Poursuite d'études: (2008-2009) Master 2 Energétique Physique, option Transfert de Chaleur, à Grenoble, (2009-2011) Thèse au LEMTA en collaboration avec Arcelor Mittal : étude numérique et expérimentale du refroidissement par Spray en vue de l'optimisation du refroidissement de tôles d'acier.
  • Situation actuelle (2011): Doctorant au LEMTA (Laboratoire d'Énergétique et de Mécanique Théorique et Appliquée) à Nancy


« L'université de Savoie et ce qu'elle m'a apporté :

  • Un enseignement large qui étonne souvent les scientifiques qui m'entourent. Par exemple je travaille en mécanique des fluides « Oui » … mais dans mes études j'ai régulièrement besoin de faire
    • De la programmation informatique donc besoin de connaissances sur comment raisonner avec les ordinateurs; Par contre il n’est pas nécessaire de connaître tous les langages informatiques, une petite formation en C et en html sera largement suffisante. Si vous devez utiliser d'autres langages, eh bien vous les apprendrez sur le tas (exemple pour moi : visual basic – open basic – matlab - ...).
    • Mesures par effet doppler – diffraction laser ? cours sur les ondes, etc...
    • Et puis tout le reste : les mathématiques lagrangiennes, les résolutions d'équa diff par Runge Kunta, les intégrales multiples (pour les plus simples) et les autres maths plus compliquées (matrices, jacobien (c'est simple) mais toutes les méthodes de résolution qui vont avec )
  • Sans ma formation je perdrais beaucoup de temps à tout apprendre alors qu'à l'heure actuelle je sais que j'ai ces connaissances dans un coin obscur de mon esprit ou encore dans des classeurs et qu'en quelque heures, hop je suis à niveau ! ----- Pour tout le reste : Nucléaire, quantique, etc etc (oui c'est une matière) eh bien ce sont des connaissances générales qui me permettent de m'entretenir avec d'autres gens et qui parfois m'apportent des idées pour résoudre des problèmes dans mon domaine.
  • Dernier point, j'ai acquis, au travers des professeurs, des classes parfois peu chargées et de la nature, une méthode d'enseignement et d'approche des problèmes qui me rend service tous les jours et qui (re)dore mon blason (baillard:D) auprès de mes collègues.
Je profite de ce moment pour dire : MERCI à tous ceux qui ont participé à m'amener jusqu'ici, professeurs comme étudiants, amis vélo et salaires !!! »

BILLOT Vincent

Imprimer

  • Licence en 2000
  • Maîtrise en 2001 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2002) DEA Matière condensée option matière molle ULP Strasbourg (aujourd'hui Master 2 Matière condensée et nanophysique), (2002-2005) thèse de doctorat en physique de la matière condensée « Interactions entre polymères et macromolécules ».
  • Situation actuelle (2011): Business-Unit Manager/ Chargé d'affaire - Floralis UJF-Filiale (Grenoble) : montage d'activités innovantes en partenariat avec les laboratoires de l'Université Joseph Fourier


« Très bonne formation en physique à l'université de Savoie, qui m'a permis de me sentir à l'aise en DEA (4è de promo) et d'obtenir une allocation de thèse ministérielle et un monitorat. Mon intérêt de l'époque pour la physique fondamentale et les questions relatives à la physique quantique, la physique des hautes énergies et la cosmologie a été largement nourri par des enseignants-chercheurs de l'UdS passionnés et intéressants. Depuis, dans mon activité professionnelle de transfert de technologie en lien avec différents laboratoires de recherche en sciences plus appliquées (instrumentation, électronique, électrotechnique,...) , mon bagage de physicien est un réel atout pour développer une très bonne compréhension de concepts souvent complexes sur des problématiques qui ne sont pas mes spécialités. »

BONNET Vincent

Imprimer

Bonnet_V.jpg

  • Licence en 2006
  • Master 1ère année en 2007
  • Poursuite d'études: (2007-2009) Diplôme d'ingénieur à l'Université de Technologie de Troyes UTT en Matériaux Technologie et Economie.
  • Situation actuelle (2011): Ingénieur en matériaux chez ABB Sécheron (Transformateurs de traction) dans le domaine du ferroviaire à Genève. Je veille à la conformité des transformateurs aux normes de réaction au feu des matériaux pour le matériel roulant ferroviaire et participe au choix des matériaux sur les différents projets (Europe, Inde, Chine).


« En plus d'en garder un très bon souvenir, le M1 me sert tous les jours. Il m'a permis d'arriver en école d'ingénieur avec une culture scientifique large qui donne du recul et facilite la compréhension des phénomènes et technologies courants. »

BOURDARIAS Clément

Imprimer

Bourdarias_C.jpg

  • Licence en 2004
  • Poursuite d'études: (2004-2007) Ecole Polytechnique, Télécom Paris (2008, spécialisations : traitement du signal adaptatif, communications aérospatiales).
  • Situation actuelle (2011): ingénieur dans le domaine aérospatial


« Ces 3 années très agréables m'ont apporté autonomie, ouverture d'esprit et de bonnes bases théoriques. Ces bases m'ont été très utiles en école d'ingénieur. Je ne les utilise plus aujourd'hui directement mais elles me donnent une "vue transverse" fortement appréciée dans le monde de l'entreprise : elle permet de comprendre rapidement, et dans leur ensemble, une grande variété de problèmes. »

CIARAMELLA Frédéric

Imprimer

  • Licence en 2002
  • Maîtrise en 2003 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2003 – 2004) Master 2 pro Couches Minces Micro Nanostructures à l’Université Joseph Fourier, Grenoble, Mention Bien (aujourd'hui Master 2 pro "Ingénierie des Micro- et Nanostructures"), (2004 – 2005) Diplôme de Recherche Technologique (DRT) (Mention Très-Bien) au CEA-LETI.
  • Situation actuelle (2011): Responsable projet industrialisation Process Nouveau Produit Pour TRIXELL leader mondial en Radiographie Numérique (JA THALES,PHILIPS,SIEMENS)

COMBET Céline

Imprimer

  • Licence en 2000
  • Maîtrise en 2001 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2002) DEA Astrophysique (Paris/Meudon, Université Paris XI), aujourd'hui Master 2 Astronomie, Astrophysique et Ingénierie Spatiale, (2003-2006) thèse d'astrophysique (Dublin Institute for Advanced Studies, Irlande).
  • Situation actuelle (2011): post-doctorat à University of Leicester (Royaume-Uni)


« Je garde un excellent souvenir de mon passage par l'université de Savoie, en particulier de la licence et de la maitrise de physique (maintenant L3 et M1). Que ce soit par le contenu des enseignements ou la disponibilité de l'équipe pédagogique, les quatre années que j'y ai passé ont complètement répondu à mes attentes en me fournissant des bases très solides dans de nombreux domaines de la physique. Les petits effectifs en L3 et M1 sont un véritable atout, assurant une bonne cohésion dans le groupe et une interaction privilégiée avec les enseignants. J'ai poursuivi mes études par un parcours "Recherche" (DEA (Master 2 recherche) puis thèse de doctorat en astrophysique) et suis restée dans le secteur académique depuis lors. Durant ce temps, mon passage dans différentes universités (en France comme à l'étranger) m'a permis de me rendre compte de la qualité exceptionnelle de l'environnement (académique et géographique) que fournit le parcours "Physique" de l'université de Savoie à ses étudiants. »

CONVERT Camille

Imprimer

Convert_C.jpg

  • Licence en 2009
  • Poursuite d'études: (2009-2010) M1 de physique à l'université Claude Bernard, Lyon 1. (2010-2011) M2 Caractérisation et Gestion de l'Atmosphère (M2 CG, maintenant renommé EAR). C'est un Master orienté qualité de l'air, énergie et radioprotection..
  • Situation actuelle (2011): stage à Nantes dans l'AASQA des Pays de la Loire pour surveiller notre couche d'ozone...


« Concernant mes années à l'Université de Savoie, elles restent d'excellents souvenirs pour moi. Ayant pratiqué Grenoble en L1 et Lyon en M1/M2, je pense que l'Université de Savoie est un excellent moyen de réaliser sa licence dans un cadre génial, avec de petites promotions qui nous permettent et nous assurent une bonne ambiance de promo et de bonnes qualités d'enseignement. Toutes les bases et les moyens de réussir m'on été offerts, pour qu'avec un peu de travail mon niveau soit correct.En effet, j'ai été surprise de mon niveau en arrivant à Lyon qui valait celui de la moyenne des étudiants de notre M1. Je n'aurai donc qu'une chose à dire aux étudiants hésitants à aller à l'Université de Savoie, allez y ! Mais travaillez un peu aussi ! »

DAKIN Anne-Lise

Imprimer

Dakin_A.jpg

  • Licence en 2008
  • Master 1ère année en 2009
  • Poursuite d'études: Master 2 pro Nanomatériaux et Nanotechnologies à l'université Claude Bernard, Lyon 1.
  • Situation actuelle (2011): en CDD à l'INES, Institut National de l'Energie Solaire, jusqu'en fév. 2012. Travail de recherche sur les nanomatériaux pour le photovoltaïque.


« J'ai trouvé les études à l'Université de Savoie beaucoup plus approfondies qu'à Lyon par exemple, même pour un master pro où j'ai trouvé les cours beaucoup moins organisés, beaucoup plus brouillons. Je n'ai par conséquent eu aucun problème à suivre les cours. »

DEVILLE Noémie

Imprimer

  • Licence en 2010
  • Poursuite d'études: (2010-2011) Master 1 pro Gestion durable de l'environnement pour les territoires et les entreprises (Université de Franche-Comté, Montbéliard) « D'après les enseignants, le fait d'être un étudiant issu d'une autre filière crée une spécificité qui peut être un avantage lors de l'embauche. Après avoir fait de la physique, je ne peux pas dire que ce master soit vraiment difficile, notamment au niveau de l'assimilation des connaissances. ».
  • Situation actuelle (2011): Master 1 pro Gestion durable de l'environnement pour les territoires et les entreprises (Université de Franche-Comté, Montbéliard)


« La filière physique n'a vraiment rien à voir avec ce que je fais actuellement mais elle permet d'acquérir le raisonnement et la rigueur scientifiques nécessaires. Suivre les cours de chimie peut être utile car on retrouve cette matière dans le M1 environnement, ainsi que des notions de thermodynamique. Quelques notions de base sur l'électromagnétisme et les ondes sonores sont aussi abordées. Toutes les matières concernant la biologie ou la géologie ont été "nouvelles" pour moi, bien qu'il soit assez simple de combler les lacunes. »

FALLETTI Lola

Imprimer

Falletti_L.jpg

  • Licence en 2008
  • Master 1ère année en 2009
  • Poursuite d'études: Année de master 2 à Grenoble : master recherche PSA (Physique Subatomique et Astroparticules) en 2009/2010.
  • Situation actuelle (2011): thèse au LUPM à Montpellier ("Étude du centre de la Galaxie avec le satellite Fermi et détection indirecte de matière noire"), avec monitorat à l'université Montpellier 2.


« C'est une petite fac, ce qui permet de pouvoir échanger (poser des questions) facilement avec les enseignants. La formation en physique est bien complète pour avoir une vue générale sur toutes les matières, permettant ensuite une orientation plus ciblée dans diverses domaines suivant les envies de chaque étudiant. Personnellement, le M2 que j'ai suivis était directement dans la continuité des enseignements que j'avais eu à l'UdS. Petit "plus" pour moi : il y a plein de montagnes autour! »

FARAMAZ Virginie

Imprimer

  • Licence en 2006
  • Master 1ère année en 2008
  • Poursuite d'études: (2010) Master 2 Astrophysique puis (2011) Master 2 Modélisation des systèmes physiques et méthodes numériques à l'Université Joseph Fourier (Grenoble) puis (2014) soutenance de thèse à l'Observatoire de Grenoble (LAOG-IPAG), thèse sur la dynamique planétaire dans les systèmes binaires et les disques de débris observés par Herschel. .
  • Situation actuelle (2014): Post-doctorat pour 3 ans à l'Institut d'Astronomie de la Pontificia Universidad Catolica de Chile. Recherches sur la dynamique des systèmes exoplanétaires.


« C'est l'occasion pour moi de remercier toute l'équipe enseignante. En effet, ma situation n'était pas facile, devoir s'assumer financièrement lorsqu'on est étudiant est une galère que beaucoup connaissent malheureusement. En tout cas, lors de ces années, je me suis toujours sentie soutenue dans mes projets, j'ai rencontré des enseignants compréhensifs et prêts à apporter des solutions et je pense que sans cela, je ne serai sans doute pas arrivée là où j'en suis aujourd'hui!
Donc, un grand merci!
J'ai souvent entendu mes élèves de terminale dire préférer aller à la fac à Grenoble ou Lyon plutôt qu'à l'Université de Savoie, parce que "c'est une petite fac, pas très cotée, ça peut être un frein pour la suite". Ce à quoi j'ai toujours répondu, qu'au moins en ce qui concerne le domaine de la physique, le fait d'être allée à l'Université de Savoie n'a jamais été un frein pour moi : j'ai été acceptée dans un M2 sélectif sur dossier, au cours duquel j'ai eu l'occasion de me "confronter" à des étudiants venant de la France entière, et je n'ai jamais eu la sensation de ne pas être au niveau.
Et puis "petite fac" cela signifie avant tout pour moi "petits effectifs" (pas plus d'une dizaine en M1 à mon époque), ce qui rend les conditions de travail très agréables et productives.
Dernier petit argument promo : on peut réviser ses partiels à la plage... »

GARCIA Michaël

Imprimer

Garcia_M.jpg

  • Licence en 2004
  • Maîtrise en 2005 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2005-2006) M2 Physique ENS Lyon / Université de Savoie (aujourd'hui Master 2 Champs, Particules et Matière Condensée) .
  • Situation actuelle (2011): Depuis 2009 : Thèse au Laboratoire Interdiscipliniare de Physique à Grenoble (campus), thème : rhéologie de particules actives en suspension dans un fluide


« 

Je garde un très bon souvenir de mes années passées à l'Université de Savoie pour ces raisons :
cadre agréable (lac, verdure, campus à taille "humaine")

  • cadre d'étude confortable grâce à la taille réduite de la promotion (nous étions une quinzaine en L3/M1) (peu d'étudiants par professeur ce qui permet une relation "personnalisée")
  • enseignements de qualité
  • bonne ambiance dans la promotion
  • accessibilité et disponibilité des enseignants (même après avoir quitté l'université)
  • resto U de meilleure qualité que ceux de Lyon et Grenoble (campus)

Comment ces années m'ont préparées à ce que je fais aujourd'hui :

  • J'ai acquis de bonnes connaissances de la physique grâce à l'université de Savoie
  • Je me suis rendu compte en travaillant dans un domaine non-scientifique (ie : banque) que j'avais acquis sans en avoir conscience par ma formation des méthodes de raisonnement pour la résolution de problème (de quelque type que ce soit).
  • J'ai particulièrement apprécié mon stage de M1 au LaPTh sous la supervision de Frank Thuillier ainsi que le module Pratique de "Recherche" en M1 organisé par Lionel Duvillaret.

Ces deux expériences de recherche m'ont fortement encouragé à faire de la recherche mon métier.

»

GIRARD Loïc

Imprimer

  • Licence en 1999
  • Maîtrise en 2000 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: DEA Astrophysique et milieux dilués, université Joseph Fourier, Grenoble, (aujourd'hui Master 2 Astrophysique, Plasmas et Planètes) , thèse de doctorat en physique expérimentale des particules, LAPP, Annecy / Université de Savoie, Chambéry, Préparation à l'Agrégation en Sciences Physiques, ENS-Lyon, Lyon.
  • Situation actuelle (2011): Enseignant en Sciences Physiques, Lycée Hippolyte Carnot, Roanne


« De bonnes/superbes années, pour plusieurs raisons :

  • le fait de rester à Chambéry, dans un campus que je connaissais depuis le DEUG (ex-L1/L2),
  • le groupe était à taille humaine : une dizaine d'étudiants, et nous nous entendions très bien,
  • des professeurs compétents et motivés.

En tant qu'enseignant, ces années (et par la suite celles où j'étais dans la recherche) m'ont appris :

  • à ne pas avoir à s'attaquer aux problèmes de notre discipline (ne serait-ce qu'aller chercher ce qui existe dans la littérature),
  • la méthode scientifique (comprendre un modèle, ses hypothèses, conclure par une loi / une application numérique),
  • à penser aussi par analogie,
  • à ne pas oublier que la physique est une science expérimentale,
  • à faire passer l'information (rapport écrit, présentation Powerpoint). 
»

LAROSA Yannick

Imprimer

  • Licence en 2009
  • Poursuite d'études: Master pro physique spécialité "technologies de l'imagerie médicale" à Tours [Université François Rabelais, responsable filière : Dr. Jean-Marc GIRAULT ]..
  • Situation actuelle (2011): M2, et en stage chez AXTRID (780960 Montigny-le-Bretonneux), entreprise de traitement de données qui fournit des solutions clef-en-main pour les entreprises (aeronautique, militaire, industrie...). « Mon stage consiste à faire du traitement et de la classification sur des échantillons sanguins, le but étant l'identification de biomarqueurs spécifiques au cancer de la prostate. J'applique des principes physiques et mathématiques, divers et variés, et je les code en Matlab. »


« Ce que j'ai principalement retenu de mes années à l'université de Savoie, c'est la diversité des matières enseignées: physique quantique, relativité restreinte, astrophysique, géophysique, mécanique lagrangienne ... Je trouve que cette diversité ouvre l'esprit et permet de s'adapter à n'importe quelle formation par la suite (c'est ce qui s'est passé pour moi en tout cas). De plus, les bases acquises sont solides. Mon seul regret est qu'on ne parle pas assez d'informatique, ce qui à mon sens pourrait s'avérer utile car on l'utilise tous les jours (quelque soit le domaine d'activité.) »

LEGAUT Gédéon

Imprimer

Legaut_G.jpg

  • Licence en 1999
  • Maîtrise en 2000 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2000-2001) Prépa agreg à l'ENS Lyon (auditeur libre) réussie, (2001-2002) DEA Milieux géophysiques et Environnement école doctorale Terre, Univers, Environnement (aujourd'hui Master 2 Sciences de la Terre et de l'Environnement) à Grenoble, (2002-2005) thèse sur les ondes magnétiques dans le noyau de la Terre et leurs possibles liens avec les observations magnétiques .
  • Situation actuelle (2011): Professeur de physique-chimie


« La grande majorité des cours était de qualité, tant scolaire qu'humaine. J'ai vraiment apprécié ces deux années. »

LOUVARET Frédéric

Imprimer

  • Licence en 2010
  • Poursuite d'études: Master 1 de Physique à l'université de Savoie.
  • Situation actuelle (2011): Master 1 de Physique à l'université de Savoie

MASBOU Julien

Imprimer

Masbou_J.jpg

  • Licence en 2005
  • Master 1ère année en 2006
  • Poursuite d'études: (2007) Master 2 NPAC (Noyaux, Particules, Astroparticules, Cosmologie) à Paris XI Orsay, (2007-2010) thèse en physique des particules au LAPP : recherche indirecte de la matière noire avec l'expérience HESS2.
  • Situation actuelle (2011): Post-doctorat à Padoue (Italie) dans l'expérience MAGIC 2


« L'année de Master 2 a débuté avec les TP durant 1 mois. Cela a été l'occasion de se retrouver en tête à tête avec un TP à construire soi-même de A à Z. J'ai constaté que par rapport aux autres étudiants, je savais plutôt bien m'adapter face à une situation inconnue : un nouveau problème expérimental ou un nouveau matériel que je n'avais pas encore rencontré. Les TP sont donc très formateurs. Pour ce qui est de la formation théorique, bien que je n'aie jamais fait de théorie des champs, j'ai pu m'appuyer sur mes bases de relativité et de physique des particules pour rattraper mon retard et finir le semestre en beauté.

Ces années sont un excellent souvenir, d'une très bonne ambiance tant entre étudiants qu'avec les enseignants. Les effectifs réduits et un enseignement de qualité sont à mon avis les atouts de cette formation. La variété des thèmes abordés m'a beaucoup aidé par la suite pour comprendre les choses mais aussi pour savoir où trouver l'information. »

MASBOU Matthieu

Imprimer

Masbou_M.jpg

  • Licence en 2001
  • Maîtrise en 2002 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: Master 2 (DEA à l'époque) Physico-Chimie de l'Atmosphère et du Climat (PCAC) à Clermont-Ferrand, thèse en météorologie en co-tutelle a Bonn, en Allemagne sur le développement d'un modèle tri-dimensionnel pour la prévision du brouillard..
  • Situation actuelle (2011): Depuis 2008, enseignant/chercheur a l'institut de météorologie de l'université de Bonn, Allemagne. Mes principales activités sont la coordination de projet scientifiques et le développement de paramétrisations pour les modèles de prévisions atmosphériques.


« Les années de licence et maîtrise de physique a l'université de Savoie ont été pour moi très bénéfiques. Lorsque je suis venu avec mes dossiers de candidatures pour des masters 2 en météorologie, certains des enseignants se sont demandé si ces 2 années allaient m'être utiles.

Aujourd'hui, je peux vous répondre OUI !!! ,elles m'ont été très utiles. Même si mon travail n'a pas grand chose à voir avec la physique des particules, l'astrophysique ou la physique nucléaire... les connaissances acquises en optique ondulatoire, physique statistique ainsi qu'en thermodynamique et mécanique des fluides ont été un avantage certain. La qualité de l'enseignement et la persévérance des enseignants nous donne, a mon avis, de très bonnes bases pour le futur.

J'ai pu passer une très bonne année de master 2 et je n'ai jamais eu l'impression d'avoir un manque de connaissances, voire même plutôt l'inverse. La filière chambérienne de physique me semble plus complète que beaucoup d'autres. Grâce à ma formation a l'université de Savoie et un peu de persévérance, je peux faire aujourd'hui ce que j'ai toujours voulu faire. Merci ! »

MAZOYER Frédéric

Imprimer

  • Licence en 2008
  • Master 1ère année en 2009
  • Poursuite d'études: (2009-2010) Master 2 physique médicale à Lyon 1 qui prépare au passage au concours d'entrée au DQPRM., (2010-2011) Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale (DQPRM) qui comporte 7 semaines de formation théorique à l’Institut Nationale des Science et Technique Nucléaire au CEA de Saclay et 52 semaines de stage au centre de lutte contre le cancer de Dijon (Ctre GF. LECLERC)..
  • Situation actuelle (2011): stage au CLCC de Dijon,comportant 34 TP dans 4 domaines de compétences : radiothérapie, médecine nucléaire, radiologie et radioprotection. Ce stage comporte également un volet d'intégration dans la routine clinique (densimétrie, contrôle de qualité...)


« Très bonne préparation, je me suis promené en M2 surtout en physique pure. J'avais quelques lacunes sur l'aspect clinique des choses mais ça se rattrape vite car de toute façon il n'existe pas vraiment de M1 physique médicale. Personnellement j'ai toujours regretté la rigueur, l'enseignement et l'organisation de l'université de Savoie. »

MORIN Aurélie

Imprimer

Morin_A.jpg

  • Licence en 2006
  • Poursuite d'études: (2006-2007) Master 1 Sciences de la Mer, Environnement, Systèmes (SMES) à l'Université du Sud (Toulon) (météorologie, océano, traitement du signal, mécanique des fluides...), (2007-2009) école d'ingénieur : Grenoble INP - ENSHMG (Hydraulique et Mécanique) renommé ENSE3 en 2009. Suite à une admission sur titre en 2ème année d'école d'ingénieur. option : Modélisation numérique des fluides (mécanique des fluides, hydraulique, modélisation numérique (CFD), Nucléaire, Thermique ...).
  • Situation actuelle (2011): Depuis septembre 2009, consultante chez Altran à Paris. A travaillé chez AREVA (1 an) et EDF (depuis 1 an) dans les domaines du nucléaire et du thermique (suivi des performances de cycles combinés gaz turbine).


« Les cours de physique de l'université de Savoie sont vraiment de très bonne qualité et vraiment très diversifiés. Le cadre est super sympa. En allant à l'université de Toulon, j'ai pu me rendre compte que le niveau à l'université de Savoie était très bon, et que même sans avoir suivi tous les enseignements de licence en océano et météo de Toulon, je pouvais m'adapter. De même pour intégrer une école d'ingénieur. J'avoue tout de même que les cours que j'ai suivi à l'université de Savoie ne me servent plus tellement pour mon travail, à part de temps à autre ceux de matlab et les bases de programmation. »

PILLET Guillaume

Imprimer

  • Licence en 2010
  • Poursuite d'études: Master 1 de physique à l'université de Savoie.
  • Situation actuelle (2011): Master 1 de Physique à l'université de Savoie

QUEMENEUR François

Imprimer

  • Licence en 2003
  • Maîtrise en 2004 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2004-2005) Master 2 Physique pour les Sciences du vivant, Université Joseph Fourier, Grenoble (aujourd'hui Master 2 Physique spécialité Exploration du Vivant et de l'Environnement), (2006-2010) Doctorat de Physique de l'Université Joseph Fourier Grenoble 1 (UJF) et de l'Université de Constance (Allemagne): Relation entre les paramètres mécaniques et le comportement sous contraintes externes de vésicules lipidiques à membrane modifiée.
  • Situation actuelle (2011): Post-doctorat à l'Institut Curie, Paris: Etude de la diffusion de lipides et de protéines dans des nanotubes de membrane mimant les axons et les dendrites de neurones.


« Je suis très content de ma scolarité à l'Université de Savoie, que ce soit pour la qualité des cours et la disponibilité des enseignants. Cependant avec le recul, je regrette de ne pas avoir eu quelques heures d'options d'ouverture (biophysique, matière molle, mécaniques des milieux continues ...) en maitrise. Je conviens qu'une promo de 7 étudiants limite énormément les options qui peuvent être ouvertes.
(Note de l'équipe enseignante : effectivement, nous ne pouvons pas ouvrir des cours individuels, mais plusieurs options sont proposées qui ouvrent si le nombre d'étudiants est suffisant) »

RAPP Benjamin

Imprimer

  • Licence en 1998
  • Maîtrise en 1999 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2000) DEA physique des particules et nucléaire, Université Claude Bernard Lyon 1 (aujourd'hui Master 2 Champs, Particules et Matière Condensée, CPMC), (2001) Préparation à l'Agrégation de Sciences Physiques (ENS Lyon), (2001-2004) Thèse de Doctorat, physique nucléaire et corpusculaire, expérience ALICE au CERN/LHC (IPNL, Lyon).
  • Situation actuelle (2011): Ingénieur Chercheur au Laboratoire National Henri Becquerel (CEA Saclay, DRT), qui est le laboratoire national de métrologie des rayonnements ionisants.

RAVANNE Pauline

Imprimer

Ravanne_P.jpg

  • Licence en 2007
  • Master 1ère année en 2008
  • Poursuite d'études: (2008-2009) Master 2 pro Caractérisation et Gestion de l'Atmosphère(M2 CG, maintenant renommé EAR). C'est un Master orienté qualité de l'air, énergie et radioprotection, (2010-2011) Mastère Spécialisé "Energies renouvelables et leurs Systèmes de Productions" aux Art et Métiers Paritech..
  • Situation actuelle (2011): Depuis début avril 2011, chez IOSIS stagiaire en maitrise d'oeuvre dans le domaine de la haute qualité environnementale dans les bâtiments.


« Cette formation m'a permis d'obtenir les bases theoriques nécessaires en physique-chimie et d'acquérir l'autonomie et la réflexion nécessaires pour agir vite et bien dans le monde du travail »

RICHARD Maxime

Imprimer

Richard_M.jpg

  • Licence en 1999
  • Maîtrise en 2000 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: DEA Optique-Optoélectronique-Microondes à Grenoble (aujourd'hui Master Optique et Radiofréquence), thèse au laboratoire de Spéctrométrie physique à Grenoble : physique des microcavités à base de matériau semiconducteur en couplage fort lumière-matière (photon-exciton), transition de phase dans un gaz de Bose en milieu solide, post-doc à l'EPFL à Lausanne (Suisse, 2.5 ans) : condensation de Bose einstein / superfluidité en milieu solide (polariton excitonique).
  • Situation actuelle (2011): Chargé de recherche CNRS à l'institut Néel à Grenoble, avec pour thème de recherche les nanostructures semiconductrices à grand gap et le gaz de Bose en mileu solide haute température et basse dimensionnalité


« Très sincèrement, je parle toujours de ces deux ans avec beaucoup d'enthousiasme. La situation était particulièrement propice avec des promos toute petites et des enseignants très engagés. Les bases que j'ai acquises pendant ces deux ans se sont révélées très solides, en particulier concernant la rigueur de l'analyse et la méthode d'approche d'un problème physique. L'enseignement de la physique à l'université de Savoie c'est carrément trop bien ! »

ROVAYAZ Karine

Imprimer

Rovayaz_K.jpg

  • Licence en 2008
  • Poursuite d'études: M1 Physique à l'Université Joseph Fourier (UJF) de Grenoble (2009/2010) , M2 Physique et Applications des Plasmas à l'UJF (2010/2011).
  • Situation actuelle (2012): ingénieur application (dépôt/gravure par plasma) au sein de l'entreprise CORIAL, équipementier spécialisé dans la fabrication de systèmes de dépôt et gravure par plasma

SCAPOLAN Raphaël

Imprimer

  • Licence en 2008
  • Master 1ère année en 2009
  • Poursuite d'études: (2010) Master 2 Modélisation et Simulation de Systèmes Physiques Industriels, Thèse au laboratoire SIMAP (http://simap.grenoble-inp.fr/), groupe EPM (Elaboration par Procédés Magnétiques http://www.epm.cnrs.fr/) sur le thème "Modélisation et optimisation des inducteurs à faibles pertes".
  • Situation actuelle (2011): Thèse au laboratoire SIMAP (http://simap.grenoble-inp.fr/), groupe EPM (Elaboration par Procédés Magnétiques http://www.epm.cnrs.fr/) sur le thème "Modélisation et optimisation des inducteurs à faibles pertes" et se place dans le contexte du chauffage par induction en milieu industriel. Les inducteurs utilisés pour le chauffage sont des câbles d'un diamètre de l'ordre du centimètre, formés de plusieurs milliers voire dizaines de milliers de brins d'un diamètre d'environ 100 microns, torsadés entre eux par paquets successifs. Cet important rapport de taille ainsi que la complexité géométrique de l'arrangement interne du câble interdisent une modélisation s'appuyant sur la géométrie réelle car ils conduisent à des calculs numériques nécessitant un très important volume de mémoire ainsi qu'à un temps de résolution très long. Le travail de thèse consiste à trouver un moyen de modéliser plus simplement ces câbles de manière à réduire la taille et le temps de calcul, tout en obtenant une modélisation pertinente des phénomènes électromagnétiques et thermiques en jeu.


« J'ai beaucoup apprécié les quatre ans passés à l'Université de Savoie en licence et M1 de physique. Pour qui est intéressé par la physique fondamentale, l'Université de Savoie dispense une formation excellente et attrayante. Bien que n'ayant pas poursuivi dans cette branche, j'estime ne pas y avoir perdu du temps. Au contraire, j'aimerai souligner que, bien qu'essentiellement axés sur la physique fondamentale (physique statistique, physique quantique, physique statistique, physique des particules, principalement), le cursus proposé permet également de toucher à des domaines variés comme l'instrumentation, l'astrophysique, la mécanique des fluides, la modélisation, et d'autres, ce qui permet de ne pas être bloqué, par défaut de connaissances, si on souhaite se réorienter par la suite. En ce qui me concerne, bien qu'ayant eu, avouons-le, un niveau assez moyen en L3 et M1, je n'ai eu absolument aucun mal à passer à la modélisation numérique. J'estime avoir acquis de bonnes bases théoriques, éléments indispensables à une démarche de modélisation/simulation pertinente. »

TRILLAT Malorie

Imprimer

Trillat_M.jpg

  • Licence en 1999
  • Maîtrise en 2000 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2001-2002) Polytech Savoie, anciennement ESIGEC (Matériaux composites), avec un double cursus DEA mécanique, (2002-2005) doctorat en Mécanique au LOCIE (Polytech Savoie).
  • Situation actuelle (2011): CDI chez PATRIARCHE & CO (architectes + ingénieurs) comme ingénieur efficacité énergétique. Optimisation énergétique des bâtiments : choix des solutions énergétiques et des systèmes les plus adaptés à chaque projet (chauffage, refroidissement, ventilation, eau chaude sanitaire, énergies renouvelables) en fonction des diverses contraintes (architecturales, techniques, niveau énergétique souhaité, budget). Réglementation thermique, simulations thermiques dynamiques et thermo-aérauliques.


« Avec le recul, mon cursus en physique à l’Université de Savoie m’a permis de découvrir les divers domaines d’application de la physique, d’avoir une vue d’ensemble. Cela m’a permis de mieux cerner le domaine dans lequel je voulais m’orienter mais aussi dans quel domaine je ne voulais pas travailler, mes points forts et mes points faibles. Au delà des connaissances acquises, ces études m’ont permis d’acquérir des méthodes pour acquérir de nouvelles connaissances et une rigueur dans mon travail qui me sert chaque jour. Les enseignements et les TP donnés étaient de qualité et très intéressants, les enseignants sympas, j’en garde un bon souvenir. A l'époque, j'étais plutôt sceptique sur les débouchés professionnels. Mais ils existent et ils sont nombreux et variés. »

VALAT Sébastien

Imprimer

Valat_S.jpg

  • Licence en 2006
  • Master 1ère année en 2007
  • Poursuite d'études: (2008) Master 2 Physique Subatomique et Astroparticules à Grenoble, (2009) Master 2 Informatique et Systèmes Coopératifs à l'université de Savoie.
  • Situation actuelle (2011): en thèse (préparation du doctorat) au CEA (Commissariat à l'Energie Atomique). Travail sur l'optimisation de la gestion mémoire dans le cadre du calcul haute performance.


« De toutes les facs que j'ai pu connaître .... elle reste à mes yeux la meilleure pour ce que je voulais. J'y ai trouvé l'ouverture et l'échange inter-disciplinaire qu'il me fallait (ce dernier point m'a manqué à Grenoble) et des enseignants avec qui c'était un plaisir d'apprendre et d'échanger. Ainsi qu'une vie associative qui me correspondait. En ce qui concerne la préparation à mon travail actuel, c'est plutôt indirect en terme de formation puisque je suis en thèse informatique. Jusqu'à cette année, il n'existait de toute façon pas vraiment de formation pour cette spécialité en France.

Mais toute la rigueur et les méthodes de travail qu'on m'a apporté en physique, me sont d'un grand secours. Les démarches de mesures que nous avons travaillé ont d'ailleurs donné une méthode de travail intéressante et beaucoup d'échanges pendant mon séjour avec les informaticiens du laboratoire de Versailles. Mon double bagage me permet de faire le pont en comprenant à la fois les physiciens et les informaticiens, c'est un plus non négligeable qui me sert parfois dans l'environnement dans lequel je travaille.
La vie associative à l'UDS a certainement été un point décisif quand à ce que je fais aujourd'hui. »

VAUTHRIN Margaux

Imprimer

  • Licence en 2010
  • Poursuite d'études: Master 1 Physique université de Savoie.
  • Situation actuelle (2011): Master 1 Physique université de Savoie

VERNAY François

Imprimer

Vernay_F.jpg

  • Licence en 1999
  • Maîtrise en 2000 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2000-2001) DEA de physique des solides, Paris-Sud Orsay (aujourd'hui Master 2 Physique de la matière condensée, Paris Sud Orsay), (2001-2005) Doctorat Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL).
  • Situation actuelle (2011): Maître de conférences à l'Université de Perpignan


« Après avoir poursuivi mon cursus dans d'autres universités en France et à l'étranger, je peux dire que l'enseignement, en physique fondamentale, que j'ai reçu à l'Université de Savoie est de tout premier ordre et m'a permis d'accéder aux formations et au métier que je souhaitais. D'autre part, la structure de l'Université de Savoie en fait une université à taille humaine avec une relation privilégiée entre enseignants et étudiants. »

VOLLAIRE Joachim

Imprimer

Vollaire_J.jpg

  • Licence en 1999
  • Maîtrise en 2000 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2001) DEA Energetique Physique à l'INPG (aujourd'hui Master 2 Energétique Physique à l'université Joseph Fourier Grenoble I), (2001-2004) Thèse neutronique réacteurs sous critiques avec une source externe de neutrons (expérience MUSE-IV @ MASURCA Cadarache).
  • Situation actuelle (2011): Staff Physicist (physicien) dans le groupe de Radioprotection du CERN. En charge des aspects de radioprotection pour l'opération et les nouveaux projets sur le complexe PS (Linac4, n_TOF, HIE-ISOLDE...).
    Utilisation et validation de codes Monte-Carlo (FLUKA principalement) pour les calculs de blindage et d'activation pour la protection radiologique des personnes et de l'environnement. Implémentation des règles de radioprotection applicables (monitoring, signalisation, procédure de travail, approche ALARA...) dans l'opération et le design des installations pouvant générer des rayonnements ionisants.


« J'ai trouve l'enseignement en Licence et en maitrise de physique relativement exigeant. Mais cela m'a permis d'avoir une base solide en physique, ce qui s'avère très utile. »

WOJDA Franck

Imprimer

Wojda_F.jpg

  • Licence en 2004
  • Maîtrise en 2005 (équivalent Master 1 actuel)
  • Poursuite d'études: (2005-2006) Master 2 Physique des Plasmas à l'Université Paris-Sud, (2006-2010) thèse au Laboratoire de Physique des Gaz et des Plasmas à l'Université Paris-Sud sur le sujet de l'accélération d'électrons par sillage laser guidé..
  • Situation actuelle (2011): Post-doc dans le groupe de physique atomique du département de physique de l'Université de Lund en Suède. Je continue sur la lancée de ma thèse, sur l'étude de l'accélération d'électrons par sillage laser, et également sur le développement et la mise en oeuvre d'une installation laser de puissance (laser Terawatt).


« La "petite" taille de l'Université de Savoie est une chance pour les étudiants, permettant de travailler au sein de petites promotions, ce qui permet une grande proximité entre étudiants et enseignants. Je garde de ces années un excellent souvenir, et malgré mon passage dans des universités de taille supérieures et plus prestigieuses (selon les très décriés classement internationaux...), je tend à considérer que la qualité de l'enseignement à L'Université de Savoie (et dans la filière Physique en particulier) était au minimum d'un niveau égal. Le seul handicap de cette petite taille de la structure est le faible nombre d'options proposées, et la faiblesse au niveau expérimental (je me souviens du manque de moyens flagrant lors de nos TP... j'espère que cela a quelque peu évolué !) (Note de l'équipe enseignante : c'était en 2004... et oui, ça a pas mal évolué ! Manifestement, vous en avez tiré la quintessence. Félicitations !) . Ces années m'ont permis d'avoir de solides bases de physique, bien que mon parcours ultérieur ne fut pas spécialement en lien avec ce qui m'avait été enseigné jusque là. Elle m'ont permis de former ma réflexion, mon esprit critique et une méthode de pensée nécessaire à tout bon physicien (ou même non physicien!) qui se respecte, quelque soit son domaine d'activité. »

ZOUBIAN Julien

Imprimer

Zoubian_J.PNG

  • Master 1ère année en 2007
  • Poursuite d'études: (2008) Master 2 Cosmos, Champs et Particules à Montpellier.
  • Situation actuelle (2011): en thèse (préparation du doctorat) au laboratoire d'astrophysique de Marseille. Je travaille dans la cosmologie observationnelle et plus particulièrement sur la définition et l'évaluation des performances des futurs relevés.


« Je suis venu dans ce M1 pour faire de la physique théorique des particules et cela ne m'a pas réussi du tout! Cela dit je ne le regrette pas car j'y ai découvert d'autres choses intéressantes et c'est en partie grâce à cela que je me suis dirigé vers l'astrophysique et la cosmologie. Par rapport au autres universités que j'ai connu, je dirai que l'ambiance était plutôt sérieuse (trop pour moi), (Note de l'équipe enseignante : ça dépend de la promo !) le campus est sympa quoique un peu trop isolé (il vaut mieux habiter dans Chambéry). »